Le rôle de la L1 dans les apprentissages de la syntaxe du français chez les élèves Rromanophones

Responsable du projet :
Carole Couégnas, PRCE anglais, ESPE Académie de Poitiers, site d’Angoulême.

Composition de l’équipe :
Laura Ballara, PRCE français, ESPE Académie de Poitiers, Site d’Angoulême.
Carole Couégnas, PRCE anglais, ESPE Académie de Poitiers, site d’Angoulême.
Nadine Galmiche, professeur des écoles en CLIN, école Jacques Brel, Poitiers.
Stéphanie Volteau, MCF Sciences du langage,ESPE Académie de Poitiers – Forell A EA 3816

Sens du projet :
Le projet s'intéresse à la question du rôle de la L1 chez les élèves Rromanophones dans l’acquisition de la syntaxe du français en observant les activités de production orales et/ou écrites dans des séances de classe en CLIN.
Les CLIN (classes d’initiation) sont des structures qui accueillent des enfants pas ou peu francophones, nouvellement arrivés en France et âgés de 7 à 12 ans. Leur connaissance de la langue française est insuffisante pour leur permettre de suivre un cycle d’études « normales ».
Le rromani, parlé par un certain nombre d’élèves fréquentant la CLIN, est une langue dont la syntaxe est instable en raison des contacts successifs avec les langues des ‘pays d’accueil’ à travers les siècles (Jeanne Gamonet, Inalco). Or, apprendre une autre langue génère un calque du système à atteindre sur le système d’origine : la L1 forme comme un filtre par lequel passe les acquisitions du français et met un temps les apprenants en situation d’interlangue. (Auger, 2011).
  • Ces données sur le rromani mises en lien avec le rôle de filtre joué par la L1 nous amène à réfléchir à la question suivante : La syntaxe de la langue rromani (syntaxe instable) serait-elle facteur de difficulté supplémentaire pour l’entrée dans l’apprentissage du français et plus particulièrement dans la syntaxe du français pour les élèves de la communauté Rrom?

Méthodologie :
De janvier 2013 à juin 2013 :
  • recueil de données auprès des élèves locuteurs rromanophones: production écrites (niveau A1) et orales (enregistrement audio puis transcriptions.
  • entretien avec les élèves rromanophones avec un interprète pour cerner plus précisément leur rapport à la L1 (scolarisation antérieure ou pas, si oui en quelle langue etc.)   
De septembre 2013 à janvier 2014 :
  • analyse de la syntaxe dans les productions écrites et orales : récurrences et variations.
  • analyse et comparaisons des données entre les différents élèves rromanophone.
  • analyse de la syntaxe dans les productions écrites et orales des élèves locuteurs d’autres langues pour établir une comparaison sur les modes d’appropriation de la syntaxe.
Diffusion et valorisation de la recherche:
- Les enfants de la communauté Rrom sont souvent perçus par la communauté scolaire comme ayant des difficultés à s’adapter. Une meilleure compréhension de l’un des facteurs de difficulté d’entrée dans la langue française et dans le système scolaire (le facteur linguistique) pourrait favoriser une prise en charge plus adaptée par les enseignants et de fait, une meilleure intégration des élèves.
- Interventions ponctuelles dans le cadre de la formation des futurs professeurs des écoles  et de la formation continue pour une sensibilisation.
 
Bibliographie (non exhaustive) :
- AUGER N. (2010) : « Elèves nouvellement arrivés en France, réalités et perspectives en classe », Editions des archives contemporaines.
- CHISS J-L (2008) : « Immigration, école et didactique du français », Didier
- GAONAC’H D. (1991) : « Théories d’apprentissage et acquisition d’une langue étrangère », Didier
- GUYON R. et RIGOLOT M. (2010) : « A l’école avec les élèves roms, tsiganes et voyageurs », Les cahiers pédagogiques.
- LENTIN L.(2009) : « Apprendre à penser, parler, lire, écrire  - acquisition du langage oral et écrit », ESF éditeur.
 


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr