Nouvelles technologies, handicap mental et handicap psychique


Responsable du projet :

Jacques Bouchand, MCF Sciences de l'Education, ESPE Académie de Poitiers, Laboratoire Techne.

Composition de l’équipe :
Jacques Bouchand, MCF Sciences de l'Education, ESPE Académie de Poitiers, Laboratoire Techne.
Eric Lambert, MCF Psychologie, ESPE Académie de Poitiers, Laboratoire CERCA
Philippe Bonnet, Directeur de Trisomie 79
Florence Mauqui, Directrice SESSAD Geist, Trisomie 79
Charlotte Girard, Orthophoniste, SESSAD Geist, Trisomie 79
Michèle Cerisier, Ergothérapeute, Centre Autisme Adulte, Niort
Dr Rubio, Psychiatre, CReHPsy, Niort
Jean-Marc Duszunski, Cadre de santé, CReHPsy, Niort
Marie Breuilh-Laneelle, Psychologue, CReHPsy, Niort
Hélène Dupin, Orthophoniste, Centre Recherche Autisme, Poitiers
Sylvie Visinko, Directrice adjointe ADAPEI 79
Henri Bourgeois, Enseignant spécialisé, ULIS Autisme, Niort

 
Sens du projet :

Nous sortons d'une époque où le handicap, et en particulier la déficience intellectuelle, était uniquement associé aux idées d'incapacité, de dépendance totale et donc de nécessité d'une prise en charge dans un milieu spécialisé.
L'évolution des sociétés et des lois (et notamment la Loi de 2005) amène des idées nouvelles :
- l'inclusion : favoriser autant qu'il est possible la vie en milieu ordinaire.
- la compensation : toute situation de handicap doit conduire à des propositions d'aide, d'aménagement, de soutien pour rendre possible la participation à la vie sociale.
- l'accessibilité généralisée.
Les choses avancent (jamais assez vite), mais on s'aperçoit que les évolutions sont plus lentes et plus difficiles pour certains handicaps et en particulier les handicaps mentaux. Pour diverses raisons :
- les réponses purement techniques et matérielles ne suffisent pas,
- ce sont des handicaps qui continuent à susciter des réactions d'appréhension plus marquées que pour les autres types (Crisp et Coll., 2000).

Nous développons actuellement des programmes d'aide à l'autonomie et à l'auto-détermination des personnes avec handicap mental (déficience intellectuelle et autisme), en nous appuyant sur l'utilisation de tablettes numériques.
S'il existe actuellement de nombreuses applications sur le marché s'adressant spécifiquement au public handicapé (comme Rehacog ou Cognibulle), très peu ont fait l'objet d'une validation scientifique de leur bénéfice. Il s'agira d'abord de développer ou d'adapter des applications spécifiques aux personnes présentant un handicap mental puis d'évaluer objectivement l'impact de ces applications.

Deux axes de recherche sont explorés :
  • Aide au fonctionnement quotidien.
    Il s'agit de concevoir et de développer des applications qui permettent de guider et de soutenir les activités d'une personne, pour accroître son autonomie que ce soit dans la vie quotidienne, dans ses déplacements ou dans son travail.
    Nous travaillons actuellement avec Marti, une application de planification de tâches mise au point par des chercheurs canadiens, et que nous souhaiterions adapter et faire évoluer.
    Nos projets d'expérimentation portent sur :
    * un public autiste : aide à l'inclusion en classe ordinaire ; aide à l'organisation de son travail ; aide à l'autonomie pour aller au réfectoire ou prendre le bus
    * un public polyhandicapé : aide à faire son lit ou à préparer sa valise
    * un public déficient intellectuel : aide à organiser son poste de travail
    * un public avec handicap psychique (schizophrénie) : aide dans l'autonomie des repas
     
  • Support de remédiation cognitive.
    Il s'agit de concevoir et de développer des applications qui permettent d'entraîner et augmenter l'efficacité de processus cognitifs défaillants.
    Nous travaillons, dans le cadre du projet CPER Fhantastic à la conception d'une application-jeu visant l'amélioration de certaines fonctions exécutives et plus particulièrement les capacités attentionnelles, l'inhibition cognitive et la flexibilité cognitive.
    Nous engageons actuellement des expérimentations à partir d'applications existantes, avec des élèves présentant une déficience intellectuelle.
Ces axes de recherche pourraient tout à fait être développés en direction d'autres publics, et en particulier les personnes vieillissantes.

Méthodologie

Les deux axes sont planifiés sur une durée de deux années. Lors de la première année, les applications concernées feront l'objet de tests in situ permettant des ajustements et des évolutions afin d'élaborer une version beta d'une application d'aide au fonctionnement quotidien et une application de remédiations cognitive.
Ces ajustements seront réalisés à la fois grâce aux remarques des encadrants des personnes handicapées via des entretiens ainsi qu'à l'analyse du comportement d'utilisation des personnes handicapées elle-même via des grilles d'observation.
La deuxième année fera l'objet d'une étude objective des bénéfices de l'utilisation de ces deux applications. La méthodologie sera celle utilisée classiquement dans ce type de recherche, à savoir une comparaison sur une durée planifiée entre une situation où l'application est utilisée et une situation où elle ne l'est pas (Kagohara et Coll, 2013).
L'analyse des bénéfices dépendra du type d'application :
  1. Pour l'autonomie dans le quotidien, des tests objectifs sur l'efficacité en temps et en performance seront utilisés sur les tâches concernées ainsi qu'un questionnaire sur le ressenti de l'aide et du guidage.
  2. Pour la remédiation cognitive, des tests seront mis en place au départ et à la fin de la prise en charge (pour une revue sur les tests utilisés Carney et Coll, 2012). Cette phase permettra la mise en place de préconisations pour l'utilisation des applications.

Diffusion et valorisation de la recherche

- publications (bilan annuel, articles, ouvrage, communications, etc.)
- actions (apports, travaux en équipe, etc.)
- formation

Au terme de ces deux années deux types de livrables seront proposés.
Sous réserve de bénéfices significatifs, les applications développées seront proposées gratuitement à l'ensemble des utilisateurs potentiels, les plateformes classiques de distribution seront alors utilisées. De par leur coté grand public et leur facilité d'utilisation, beaucoup de professionnels (encadrants, enseignants, éducateurs, parents...) seront susceptibles de s'en servir.
Par ailleurs, les résultats seront présentés à la fois sous la forme d'une communication scientifique en colloque international (par exemple au World Congress of Inclusion International). L'application et la recherche autour de la remédiation cognitive feront aussi l'objet de la soumission d'un article dans une revue scientifique (Journal of Intellectuel Disability Research).

 


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr